Cancer de l'ovaire

Définition

cancer ovaire

Le cancer de l'ovaire est une tumeur maligne c'est-à-dire une masse composée de cellules qui ont perdu pour différentes raisons, leur capacité de se réparer ou de mourir et vont alors se multiplier à l'infini aux dépens du tissu sain et de l'organisme.

Le cancer de l'ovaire est la 7ème cause de cancer chez la femme, avec 4 430 nouveaux cas diagnostiqués par an. Il touche préférentiellement les femmes de 65 ans environ.

Le facteur de risque le plus important du cancer de l'ovaire est d'origine génétique, mais l'absence de grossesse, les règles précoces, la ménopause tardive et l'âge sont des facteurs de risque. Par contre, la contraception orale, les grossesses, l'allaitement sont associés à une diminution du risque de cancer de l'ovaire.

Evolution :

Le cancer de l'ovaire va débuter par quelques cellules malades, initialement sur la surface de l'ovaire, mais va essaimer très rapidement d'autres cellules dans tout l'abdomen, entraînant des localisations secondaires (métastases) très tôt. Le cancer de l'ovaire est d'évolution rapide, progressant sans symptôme, jusqu'à un stade évolué. Des cellules tumorales peuvent en plus envahir les ganglions pelviens ou près de l'aorte et de la veine cave.

Voici la classification des cancers de l'ovaire :

Stade I : tumeur limitée aux ovaires.
Stade II : tumeur étendue aux organes de voisinage (utérus, trompes, vessie, rectum).
Stade III : métastases péritonéales (à la surface des autres organes abdominaux).
Stade IV : métastases à distance (poumon principalement).

Diagnostic :

Le cancer de l'ovaire est très peu symptomatique jusqu'à un stade avancé. Une fatigue importante, la perte ou la prise de poids, l'augmentation du périmètre abdominal peuvent être des symptômes évocateurs.

Le diagnostic est soit réalisé précocement mais d'une manière fortuite lors d'une intervention chirurgicale pour une autre raison, soit lors d'un examen d'imagerie (échographie, scanner, IRM) retrouvant un ou des kystes ovariens associés à une quantité de liquide intra-abdominal. Le diagnostic de certitude ne pourra être réalisé qu'au cours d'une chirurgie exploratrice.

Traitement :

La chirurgie initiale va permettre de réaliser le diagnostic de certitude (parfois par coelioscopie) et le traitement (souvent par laparotomie) dans le même temps. En cas de forte suspicion de cancer de l'ovaire, le chirurgien préviendra la patiente qu'une analyse au cours de l'intervention sera effectuée, permettant d'avoir un diagnostic de certitude. Si celui-ci est positif, le chirurgien devra enlever toutes les zones malades et envahies de l'abdomen avec au minimum l'ablation de l'utérus, de son col, des ovaires et des trompes, des ganglions de part et d'autre de l'utérus et le long des gros vaisseaux, ainsi que l'appendice et l'épiploon (masse graisseuse recouvrant les intestins). Cette intervention peut-être longue, peut nécessiter l'aide d'autres chirurgiens (chirurgien digestif, urologue, vasculaire) et peut entraîner des suites opératoires lourdes (réanimation, hospitalisation longue). Une chambre implantable sera aussi posée, en prévision d'une chimiothérapie. Avec les résultats des analyses, le dossier sera discuté au staff multidisciplinaire afin de proposer le meilleur traitement qui consiste généralement en une chimiothérapie.

Surveillance :

Vous serez revues par les différents médecins qui vous auront soigné à raison d'une consultation tous les 4 mois pendant 2 ans, puis tous les 6 mois pendant 3 ans, puis annuellement, avec éventuellement une prise de sang. Le cancer de l'ovaire est malheureusement de mauvais pronostic, car le plus souvent diagnostiqué tardivement.

Dernière mise à jour : 5/1/2012